Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : TKM GLOBAL
  • TKM GLOBAL
  • : « Des peuples se rendront à la montagne de la maison de l’Éternel en foule, et diront : venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel. » Cette parole du prophète Esaïe soutient l’esprit et la mission de ce blog : enseigner le peuple de Dieu par la parole de Christ.
  • Contact

Recherche

20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 06:38

 

Le président Barack Obama a présenté lundi son nouveau plan de réduction du déficit budgétaire américain. Il vise à réduire de 3000 milliards de dollars le déficit du budget fédéral, grâce notamment à de nouvelles recettes fiscales d'un montant de 1500 milliards.

« Nous ne pouvons pas sortir de ce gouffre en réduisant seulement les dépenses. Il est normal que nous demandions à tous de payer leur juste part », a expliqué le président afin de justifier le contenu de son plan, dont les grandes lignes circulaient depuis dimanche dans les médias américains.

Ce nouveau programme, le quatrième du genre depuis le début de la crise de la dette américaine, prévoit de nouvelles recettes fiscales prélevées sur les catégories les plus aisées.

Il envisage, entre autres, de mettre un terme aux réductions d'impôts mises en place par George W. Bush. Une nouvelle taxe - la taxe « Buffet », du nom de l'investisseur Warren Buffet qui l'avait suggérée -, est également proposée. Elle concernerait les contribuables déclarant des revenus annuels de plus de 1 million de dollars.

"Tout plan de réforme devra faire augmenter les recettes pour aider à réduire notre déficit. Cela doit faire partie de la formule."

— Barack Obama

Si le plan est adopté, le taux d'imposition des contribuables américains les plus riches reviendrait à son niveau des années 1990. L'autre enjeu étant de faire en sorte que la classe moyenne ne paye proportionnellement pas plus d'impôts que les millionnaires et les milliardaires.

D'après Barack Obama, « ce n'est pas de la lutte des classes, c'est mathématique », a ironisé le président, répondant ainsi aux critiques de ses adversaires républicains qui l'accusent de vouloir à la fois punir ceux qui ont réussi et décourager les « créateurs d'emplois ». « Washington doit vivre avec ses moyens. Nous devons arrêter ce que nous ne pouvons plus nous permettre afin de payer pour ce qui compte vraiment », a ajouté le président.

Taux marginal maximum d'imposition - 2010

- Danemark : 62,8 % à partir d'un revenu annuel de 44 064$
- France : 49,8 % à partir d'un revenu annuel de 100 136$
- Québec : 48,2 % à partir d'un revenu annuel de 127 021$
- Ontario : 46,4 % à partir d'un revenu annuel de 127 021$
- États-Unis : 43,2 % à partir d'un revenu annuel de 380 034$
- Mexique : 29,6 % à partir d'un revenu annuel de 47 376

Source : OCDE, Revenu Canada, revenu Québec

 

Obama disposé à rogner les programmes sociaux

Le plan prévoit aussi de nouvelles mesures d'économies. Le projet du président américain table ainsi sur une baisse de 580 milliards de dollars des dépenses obligatoires sur les programmes sociaux, en particulier Medicare (assurance maladie pour les personnes âgées) et Medicaid (programme fédéral destiné aux pauvres). Il envisage également une économie de 1000 milliards de dollars sur dix ans consécutive aux retraits d'Afghanistan et d'Irak.

Les propositions du plan de la Maison-Blanche doivent être transmises à une commission parlementaire bipartisane. Celle-ci devrait vraisemblablement en rejeter la majorité. Les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, ont en effet déjà exclu toute augmentation d'impôts pour réduire la dette abyssale du pays.

Anticipant une nouvelle bataille fiscale, Barack Obama a prévenu ses adversaires politiques qu'il opposerait son veto à tout projet de loi qui diminuerait les dépenses de santé pour les plus âgés sans augmenter les impôts des plus riches et des grandes entreprises.

« Un effet dévastateur sur la croissance »

Les intéressés ont réagi avec hostilité à ce discours. « Des menaces de veto, une hausse massive des impôts, des économies en trompe-l'oeil et un renvoi de la balle sur la question des programmes sociaux, ce n'est pas une recette pour une croissance de l'économie ou de l'emploi, ou même une réduction significative des déficits », a affirmé Mitch McConnell, le chef de la minorité républicaine au Sénat.

De son côté, Mitt Romney, un des candidats à l'investiture républicaine, a assuré que « le plan de hausse des impôts du président Obama aura un effet dévastateur sur la croissance économique ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

Catégories

Liens