Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : TKM GLOBAL
  • TKM GLOBAL
  • : « Des peuples se rendront à la montagne de la maison de l’Éternel en foule, et diront : venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel. » Cette parole du prophète Esaïe soutient l’esprit et la mission de ce blog : enseigner le peuple de Dieu par la parole de Christ.
  • Contact

Recherche

Archives

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 17:44

 

Des violences ont été rapportées hier lundi en RDC, notamment dans la province du Katanga où deux policiers, une électrice et environ sept assaillants ont été tués dans l'attaque d'un bureau de poste de Lubumbashi par des hommes armés. Deux militaires ont été blessés. Les opérations électorales se déroulent de manière chaotique sur l'ensemble du territoire congolais, et l'on continuait à voter dans la nuit et tôt ce mardi matin.

La situation restait très confuse lundi soir, alors que le scrutin n'était pas terminé. Des bureaux de vote n'ont pu ouvrir qu'en fin d'après-midi, et les électeurs disposent de onze heures pour déposer leur bulletin.

Ce jour de vote a été marqué par des violences à Lubumbashi, capitale de la province du Katanga (sud-est). Deux policiers et une électrice ont été tués dans l'attaque d'un bureau de vote dans la journée. Sept des attaquants (huit selon le gouverneur), des hommes armés et en civil, ont trouvé la mort.

Une multitude d’incidents ont par ailleurs été signalés presque partout dans le pays. Des électeurs baladés d’un bureau à l’autre qui finissent par se lasser... Mais ce n’est pas le plus grave.

A Kananga, dans le Kasaï Occidental des urnes déjà remplies avant le vote ont été brûlées par la population en colère. Ces cas de bourrage d’urnes sont dénoncés un peu partout. A Fizi, dans le sud-Kivu des bureaux de vote ont été fermés en début d’après-midi parce que les urnes étaient déjà pleines. A Kinshasa, dans les quartiers populaires à l’Est, à Masina, des bureaux de vote n’ont que les bulletins des législatives, ils n’ont pas reçu ceux de la présidentielle.

Deux villes du Bandundu Tembo et Banzi n’ont pas reçu le matériel électoral ce lundi matin parce que l’avion qui le transportait – ça ne s’invente pas – s’est retrouvé à court de carburant et a dû se poser ailleurs où il n’a pas pu refaire le plein.

Impossible de citer tous les incidents. L’un des derniers en date : la découverte de centaine de bulletins déjà cochés dans le coffre d’une voiture. Une foule en colère est allée montrer cette découverte au bureau des Nations unies.

Etienne Tshisekedi a finalement pu voter

Etienne Tshisekedi a pu voter après avoir tenté en vain de rejoindre une circonscription où manquaient les bulletins de la présidentielle. Sans doute pour mettre en exergue ce fait, il a fait demi-tour devant un barrage policier et s’est rendu dans un autre bureau. Pour le président sortant Joseph Kabila cela s’est passé plus calmement dans un bureau du centre-ville, l’un des rares à avoir fonctionné normalement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 15:41

Léviathan : enroulé en spirale. Mot employé dans les passages poétiques pour designer, semble-t-il, le crocodile (Job 40.25-41.26 [20-41,25] ; Ps. 74.14,S.) ou un monstre marin en général (Ps.104.26). Au sens figuré, il représente une puissance ennemie (Job3.8), et peut-être Satan lui-même, le grand serpent que Dieu écrasera à la fin des temps (Es.26.20-27.1 ; cf.Ap.12.3, 9). (Nouveau dictionnaire biblique)

 

Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 06:38

 

Le président Barack Obama a présenté lundi son nouveau plan de réduction du déficit budgétaire américain. Il vise à réduire de 3000 milliards de dollars le déficit du budget fédéral, grâce notamment à de nouvelles recettes fiscales d'un montant de 1500 milliards.

« Nous ne pouvons pas sortir de ce gouffre en réduisant seulement les dépenses. Il est normal que nous demandions à tous de payer leur juste part », a expliqué le président afin de justifier le contenu de son plan, dont les grandes lignes circulaient depuis dimanche dans les médias américains.

Ce nouveau programme, le quatrième du genre depuis le début de la crise de la dette américaine, prévoit de nouvelles recettes fiscales prélevées sur les catégories les plus aisées.

Il envisage, entre autres, de mettre un terme aux réductions d'impôts mises en place par George W. Bush. Une nouvelle taxe - la taxe « Buffet », du nom de l'investisseur Warren Buffet qui l'avait suggérée -, est également proposée. Elle concernerait les contribuables déclarant des revenus annuels de plus de 1 million de dollars.

"Tout plan de réforme devra faire augmenter les recettes pour aider à réduire notre déficit. Cela doit faire partie de la formule."

— Barack Obama

Si le plan est adopté, le taux d'imposition des contribuables américains les plus riches reviendrait à son niveau des années 1990. L'autre enjeu étant de faire en sorte que la classe moyenne ne paye proportionnellement pas plus d'impôts que les millionnaires et les milliardaires.

D'après Barack Obama, « ce n'est pas de la lutte des classes, c'est mathématique », a ironisé le président, répondant ainsi aux critiques de ses adversaires républicains qui l'accusent de vouloir à la fois punir ceux qui ont réussi et décourager les « créateurs d'emplois ». « Washington doit vivre avec ses moyens. Nous devons arrêter ce que nous ne pouvons plus nous permettre afin de payer pour ce qui compte vraiment », a ajouté le président.

Taux marginal maximum d'imposition - 2010

- Danemark : 62,8 % à partir d'un revenu annuel de 44 064$
- France : 49,8 % à partir d'un revenu annuel de 100 136$
- Québec : 48,2 % à partir d'un revenu annuel de 127 021$
- Ontario : 46,4 % à partir d'un revenu annuel de 127 021$
- États-Unis : 43,2 % à partir d'un revenu annuel de 380 034$
- Mexique : 29,6 % à partir d'un revenu annuel de 47 376

Source : OCDE, Revenu Canada, revenu Québec

 

Obama disposé à rogner les programmes sociaux

Le plan prévoit aussi de nouvelles mesures d'économies. Le projet du président américain table ainsi sur une baisse de 580 milliards de dollars des dépenses obligatoires sur les programmes sociaux, en particulier Medicare (assurance maladie pour les personnes âgées) et Medicaid (programme fédéral destiné aux pauvres). Il envisage également une économie de 1000 milliards de dollars sur dix ans consécutive aux retraits d'Afghanistan et d'Irak.

Les propositions du plan de la Maison-Blanche doivent être transmises à une commission parlementaire bipartisane. Celle-ci devrait vraisemblablement en rejeter la majorité. Les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, ont en effet déjà exclu toute augmentation d'impôts pour réduire la dette abyssale du pays.

Anticipant une nouvelle bataille fiscale, Barack Obama a prévenu ses adversaires politiques qu'il opposerait son veto à tout projet de loi qui diminuerait les dépenses de santé pour les plus âgés sans augmenter les impôts des plus riches et des grandes entreprises.

« Un effet dévastateur sur la croissance »

Les intéressés ont réagi avec hostilité à ce discours. « Des menaces de veto, une hausse massive des impôts, des économies en trompe-l'oeil et un renvoi de la balle sur la question des programmes sociaux, ce n'est pas une recette pour une croissance de l'économie ou de l'emploi, ou même une réduction significative des déficits », a affirmé Mitch McConnell, le chef de la minorité républicaine au Sénat.

De son côté, Mitt Romney, un des candidats à l'investiture républicaine, a assuré que « le plan de hausse des impôts du président Obama aura un effet dévastateur sur la croissance économique ».

Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 17:41

TYNDALE WILLIAM (1494-1536)

Réformateur anglais, mort martyr, traducteur de la première Bible imprimée en anglais, William Tyndale (Tindal, Tindale) appartenait à une famille du pays de Galles, marquée par l'influence de Wyclif. Il étudie à Oxford puis à Cambridge où il se consacre principalement à l'apprentissage des langues bibliques ; se promettant que désormais « en Angleterre le jeune garçon qui pousse la charrue connaîtrait l'Écriture mieux que le pape », il entreprend une traduction anglaise du Nouveau Testament. Ne pouvant la publier en Angleterre, il s'embarque, en 1524, pour Hambourg et la fera imprimer en 1525 à Cologne, puis à Worms l'année suivante. Entre-temps, il rencontre Luther à Wittenberg et il se montre définitivement acquis aux idées de la Réforme. Réfugié aux Pays-Bas où il poursuit son œuvre de traduction, il fait figure de chef des premiers luthériens contre lesquels Henri VIII tente de mobiliser Érasme et auxquels s'en prend Thomas More dans un Dialogue concerning Tyndale (1528) et dans The Supplication of Souls (1529). À la réponse de Tyndale, Answer to Sir Thomas More's Dialogue (1530), More réplique à son tour par une Computation of Tyndale's Answer (1532). Cependant, les copies que Tyndale envoie en Angleterre de son Nouveau Testament sont interceptées par Tunstall, évêque de Londres, qui en fait ainsi brûler 18 000 environ. Entre-temps, Tyndale avait entrepris de traduire l'Ancien Testament ; il fit paraître le Pentateuque en 1530 et en 1531, après avoir publié deux ouvrages Parable of the Wicked Memmon (1528) et Obedience of a Christian Man (1528) qui posent les deux grands principes de la Réforme anglaise : ceux de l'autorité des Écritures et de la suprématie du roi dans l'État.

 

Mais Tyndale est arrêté à Anvers en 1535. Convaincu d'hérésie, il est emprisonné au château de Vilvorden, près de Bruxelles, et condamné au supplice. En octobre 1536, sur l'ordre de Charles Quint, il est saisi dans la cour du château et étranglé, puis l'on fait brûler son corps. Mais l'année suivante, une nouvelle confession de foi est publiée en Angleterre qui prescrit que chaque église aura désormais une Bible anglaise. Or, l'édition qui fut utilisée pour cette universelle diffusion fut préparée par Cranmer et par Miles Coverdale, un collaborateur de Tyndale, à partir de la version de ce dernier. Ainsi la Great Bible attachée à un pilier dans chaque église paroissiale fut-elle, selon le vœu de Tyndale, régulièrement lue aux fidèles de sorte que les enfants eux-mêmes se familiarisèrent avec elle, jusqu'à en apprendre par cœur de longs passages.

 

François BURDEAU

 

Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 17:21

 

Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 16:10

 

Cindi McMenamin

If you’ve ever been in the pit, I don’t have to tell you what it’s like. The sense of hopelessness or utter despair can be so powerful it’s easy to believe there’s no way out.

Whether it be from the pain of rejection, the sting of betrayal, loneliness in your marriage, the ache of an addiction,  or even the loss of a job or dream, we can begin sinking down into a dark, slimy pit and before long we’re wondering if we’ll ever be able to crawl back out.  

But no pit is impenetrable to a God who specializes in pulling people from the slimiest of pits.  

Lynn remembers her experience in the pit, when all she was concerned about, day in and day out, was where she was going to get her next “fix.” Her drug addiction consumed her thoughts, dictated her actions, and became an end in itself.

But her destructive craving dried up the day it was replaced with a new desire. A strong desire. A desperate desire – for Jesus.

On her knees in her bedroom one Sunday night, Lynn cried out to God, surrendering to Him her life, her will, her desires.

“I got on my knees, looked up to God and said to Him ‘I am ready to surrender my life over to you. I can no longer live this life that I am seeking.  Please, God, forgive me for all my sins and make my heart pure tonight.’”

God in Heaven heard her cry for help, pulled her out of her pit, and placed her on solid ground.

“I can’t express how much my life has changed since then,” Lynn says today. “I am much happier, more lovable to others around me,  and so much stronger.”

The 35-year-old single mother can honestly say today that all she wants now is God – Him alone.  Through her desire for change and her cry for mercy, God put a new song in her heart.

Maybe your pit is not drug addiction, but maybe it feels just as powerful. Maybe it’s a destructive relationship that is keeping you down, or a lifestyle that is keeping you from glorifying God, or repeated disappointments that seem unbearable. Most of the time those of us who struggle with feeling like we’re in the pit, already have a relationship with God, but we’re struggling to live victoriously. And we’re wondering, at times, if God cares to deliver us one more time.

David the Psalmist, had a close relationship with God. Yet he wrote many songs of crying out to God for deliverance – not only from physical struggles (like a king who sought to kill him) but from spiritual and emotional struggles as well.

Listen to David as he talked of his pit-deliverance in Psalm 40: 1-3:

                        “I waited patiently for the LORD; he turned to me and heard my cry.

                        He lifted me out of the slimy pit,

                        out of the mud and mire;

                        He set my feet on a rock

                        and gave me a firm place to stand.

                        He put a new song in my mouth,

                        a hymn of praise to our God.

Many will see and fear

and put their trust in the LORD.”     

I love how God’s response to David was simply that He “heard” David’s cry. We don’t read about God giving David a lecture for getting into his slimy pit in the first place. Nor do we read about certain conditions God laid out before pulling David out of the pit. God also didn’t require that David prove himself or at least prove that he was serious this time about really wanting out. We only read that after David waited for God and cried out for help, God heard him, lifted him out of the mud and mire, set his feet firmly on solid ground, and gave him a new song of praise.

We can learn three precious truths from David’s “pit-deliverance” song: 1) God hears the prayers of the desperate; 2) God is able and willing to lift us out of our pit if we’re willing to leave it; and 3) God can give us a new song out of our present suffering.

If God could rescue King David from his slimy pit and Lynn from her destructive addiction, He can certainly rescue you from whatever situation you need to be rescued.  And not only can He pull you from the pit if you truly want to get out, He can give you a “new song” which, in David’s case, became his testimony that many saw and heard and began trusting the Lord as a result.

What is the slimy pit from which you need God to deliver you? An unhealthy habit? A strong addiction? A destructive mindset? An emotionally-damaging relationship?  Those things are difficult to release when we still want to hold onto them tightly.  But when we surrender our life, will and desires to God and ask Him to replace our destructive desires with desperation for Himself, that is a prayer He hears and heeds.

The Bible assures us of the confidence we can have in praying a prayer like that:

“This is the confidence we have in approaching God: that if we ask anything according to his will, he hears us. And if we know that he hears us – whatever we ask – we know that we have what we asked of him.” (First John 5:14-15).

What is it that consumes your thoughts, dictates your actions and has become your purpose or god in life? If it’s not Christ – and Him alone – my prayer is that it soon will be.

Here is a prayer I have often prayed when I’ve needed deliverance from my own pit. Use it as your prayer of reflection if you, too, want to desire Him alone:   

O Lord, I can walk the depths of the pit alone or I can cry out to You for help and wait for You to deliver me. Why would I want to go it alone? Please take away my unhealthy desires and replace them with a wholesome desire for You alone. May my daily song be that of David’s: “You, LORD, are all I want! You are my choice, and you keep me safe. You make my life pleasant, and my future is bright” (Psalm 16:5-6, CEV).

  

Cindi McMenamin

 

 

Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 02:17

 

Abidjan.net

 

 

Comme on pouvait s’y attendre, Laurent Gbagbo n’a pas fui. Face aux crépitements des armes et aux bombardements des hélicos de la coalition mondiale sur sa résidence, il n’a pas tenté le plongeon auquel certains hommes politiques nous ont habitués pour se refugier dans une ambassade ou dans un camp militaire étranger quelconque. En digne capitaine, il est resté dans le bateau jusqu’à la limite du possible. Et l’histoire retiendra cet acharnement de la France, des Etats-Unis et des Nations Unies contre un homme dont on disait même qu’il était trop démocrate. Ses adversaires locaux peuvent être heureux de l’avoir comme prisonnier. Mais ils devraient rester persuadés qu’ils n’auraient pas ce plaisir de se l’offrir comme trophée de guerre, si la France et sa coalition n’avaient pas fait de sa chute un défi personnel. Gbagbo aura montré qu’il n’est pas un fuyard. En septembre 2002, lorsque son régime a été attaqué par la rébellion d’Alassane Ouattara, il a tout arrêté en Italie pour rentrer en Côte d’Ivoire où les canons tonnaient encore, alors que Paris lui proposait un asile doré. Il vient de signé aujourd’hui encore son courage. Un courage qui lui vaut, à lui et sa famille, une humiliation suprême et une torture indicible dans les locaux même de la présidence du « démocrate » Alassane Ouattara. Et certains comme Kouassi Adjoumani, qui auraient voulu assurément le voir mort, n’ont pas hésité à dire « s’il est si courageux, pourquoi ne s’est-il pas donné la mort pour éviter cette humiliation ? » D’autres encore disent : « s’il savait cette fin, il aurait cédé depuis le départ ». Mais se suicider n’a jamais été un courage, mais une lâcheté. On meurt pour cesser d’affronter les difficultés de la vie, de connaitre des expériences pénibles. Or, c’est dans la pratique de ces problèmes que le courage prend son sens. C’est pourquoi il est plus facile de mourir que de vivre. Laurent Gbagbo devrait-il céder le pouvoir à son rival dès que Young Jin Choi, le représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu, a certifié Alassane élu ? Si nous devons suivre cette logique, nous irions plus loin. Vraiment loin pour dire que si Gbagbo savait cette suite des événements, il ne serait même pas présenté à la présidentielle. Il aurait organisé simplement les élections, mis en compétition les candidats et se serait retiré dignement. En clair, si l’on devinait l’avenir, il y a tellement de choses qui ne seraient pas produites dans ce monde… Hélas ! Mais que Gbagbo se retrouve entre les mains de ses adversaires ne signifie pas du tout qu’il a perdu les élections. Il n’a pas perdu les élections, mais la guerre. Il a perdu la guerre parce que son rival, relai local des intérêts occidentaux, a été secouru avec une puissance de feu digne d’une guerre mondiale. Or, Gbagbo n’avait pas préparé une guerre mondiale. Il a préparé une sortie de crise pacifique. Sinon, il aurait attaqué directement la rébellion qui refusait de désarmer, sans avoir besoin de passer par une élection pour ouvrir le feu. Et lorsqu’on n’a perdu qu’une bataille ou même la guerre, on le reconnait ; mais on ne signe pas, même sous la menace d’une arme, une reconnaissance de la victoire électorale de son rival. C’est parce que Laurent Gbagbo refuse de signer un tel document qu’il continue de faire l’objet de torture et d’incessants déplacements. Les Ivoiriens doivent avoir le courage de Laurent Gbagbo, ce digne fils d’Afrique qui, comme Patrice Lumumba, avait voulu faire de son pays et de ce continent, une terre vraiment indépendante. Mais qu’ils se rappellent que le danger que court l’humanité, c’est que la France et ses alliés, ont les moyens de faire de leurs mensonges, des vérités à défendre par le feu de leurs canons. Mais Dieu a le dernier mot.



Germain Séhoué



Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 08:25

 

 

 

 

AFP - Quand on évoque l'économie brésilienne, on compte en milliards de dollars pour montrer la bonne santé et le potentiel de ce vaste pays latino-américain de 193 millions d'habitants.

Mais Alessandra França a prouvé qu'avec une poignée de dollars, on peut changer la vie des pauvres, qui représentent encore 40 pour cent de la population.

 

Il y un an, cette jeune femme de 25 ans a fondé la banque Perola, une institution de prêts spécialisée dans le microcrédit pour les jeunes "fauchés" de la ville de Sorocaba, dans l'Etat de Sao Paulo, qui veulent s'insérer dans l'économie brésilienne mais n'ont pas les moyens de franchir la première marche tout seuls.

"Une personne emprunte 400 reais (240 dollars) pour acheter une carriole de hot-dogs. Elle aura un profit de 100 à 800 reais par mois", a expliqué Alessandra França à l'AFP.

"Elle fait un second emprunt de 1.000 reais et porte son revenu à 2.000 reais. Pour quelqu'un qui a très peu, 400 reais est une somme importante", ajoute-t-elle.

La jeune femme est arrivée encore enfant avec sa famille de l'Etat amazonien du Para pour s'installer à Sorocaba, une ville en pleine croissance où les condominiums de luxe côtoient les quartiers pauvres.

Inspirée à l'âge de seize ans par un livre sur le prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus, fondateur de la "Banque des pauvres" au Bangladesh, França a obtenu un très convoité MBA (diplôme de conduite des affaires en entreprise) et a travaillé dans des associations de quartier, avec une seule idée en tête: changer la société.

"J'ai toujours rêvé de faire quelque chose pour le monde (...). Je me disais +pourquoi ne pas faire quelque chose de différent, quelque chose qui améliore les choses?+".

Elle a monté sa banque mais, à cause de sa jeunesse, il lui a fallu du temps pour convaincre les institutions financières de lui octroyer des lignes de crédit.

"Au début, j'essayais de paraître plus âgée en mettant des lunettes et des vêtements qui me vieillissaient. Mais je voyais que ça ne marchait pas vraiment (...). Pour surmonter les partis pris, j'arrivais très bien préparée aux réunions", se souvient-elle.

 

Aujourd'hui sa banque a 44 clients, âgés de 18 à 35 ans, qui ont emprunté au total 33.000 dollars. Chaque prêt ne peut dépasser 1.000 dollars et doit être remboursé en sept mois.

Le taux d'intérêt est de 4%, un taux très bas pour le Brésil où les banques prêtent à un minimum de 14%.

Le Brésil, traumatisé par le souvenir de l'hyperinflation des années 80, a porté ce mois-ci son taux directeur à 11,75%, le plus haut des pays industrialisés et émergents, pour contrôler la hausse des prix.

Ces micro-crédits sont "une grande aide. Parce que, lorsqu'on rêve de monter sa propre affaire, on ne peut pas répondre aux conditions (des banques normales). C'est formidable", a dit Eveline Garcia, une commerçante de 25 ans.

Eveline a quitté un emploi public pour ouvrir sa boutique de vêtements, à des prix imbattables, dans le quartier pauvre où elle vit.

Et pour Alessandra França, c'est juste le début.

Elle voit sa banque, qui a tout juste une douzaine d'employés, s'étendre à travers le Brésil pour répondre à un besoin que les banques traditionnelles ne remplissent pas. Selon elle, il existe déjà quelque 300 organismes de micro-crédit au Brésil.

"Les banques devraient considérer le micro-crédit comme une question sociale, pas seulement financière", fait-elle valoir.

Les profits sont bien moindres, mais "les emprunteurs deviennent des clients fidèles, et ils reviennent".

 

 

 

 

Repost0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 22:03

 

bonne annee 2001

 

 

Bonne année 2011 à tous. L’année 2011 sera pour nous une année qui va couronner certains efforts que nous avons déployés de manière désintéressée dans l’oeuvre de Dieu ou dans un domaine quelconque de la vie de tous les jours. Elle sera aussi une année de possession d’« un pays de bénédictions » dont l’Éternel notre Dieu prend soin, et sur lequel l’Éternel, notre Dieu a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année. Det 11.11

 

Les yeux ou le regard de l’Éternel détruisent les oeuvres du diable et assurent la pleine protection de son peuple pour que nous jouissions pleinement du pays que l’Éternel nous a donné dans sa grande bonté. Vous qui lisez ce message, le Seigneur Jesus-Christ qui est le principe de toutes choses vous exhorte à demeurer avec persévérance dans Sa parole. Mon ami,si tu n’es pas encore positionné, le christ va le faire cette année pour que ta lumière brille. L’horloge de ta vie sera mise à l’heure, car ce monde attend avec un ardent désir ta manifestation. Ton Dieu ordonne que tu sois puissant au nom de Jesus-Christ. Il n’y aura plus de place pour les ennemis de nos destinées, l’Éternel lui-même combat pour nous.

 

Pour ceux qui n’ont pas encore accepté Jesus-Chirst comme seigneur et sauveur de leurs vies personnelles, je vous invite tout simplement à confesser de vos bouches de manière personnelle le Seigneur Jesus, et de croire sincèrement que Dieu l’a ressuscité des morts, et vous serez sauvés(Romains 10.9). Cette nouvelle naissance vous donnera droit et accès au bon pays 2011 pourvu que vous y croyiez.  Si vous faites fi de ce message, je vous suggère d’invoquer le Seigneur Jesus-Christ quand vous aurez besoin d’un secours surnaturel. Il sera là pour vous secourir, car quiconque l’invoque sera sauvé.

 

En somme, le caractère dominant de 2011 sera le couronnement d’un chemin parcouru pour comprendre davantage la suite de notre mission.

 

Encore une fois, bonne année 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 17:06

 

“So Jesus tried again. ‘When you raise up the Son of Man, then you will know who I am - that I'm not making this up, but speaking only what the Father taught Me. The One who sent Me stays with Me. He doesn't abandon Me. He sees how much joy I take in pleasing Him’” (John 8:28-29, The Message).

“In the beginning was the Word, and the Word was with God, and the Word was God. He was in the beginning with God. All things came into being by Him, and apart from Him nothing came into being that has come into being” (John 1:1-3, NAS).

“For God so loved the world that he gave his only Son, so that everyone who believes in Him will not perish but have eternal life” (John 3:16, NLT).

 

From The Book of Acts

The Book of Acts describes how Christianity moved from being seen as a sect of Judaism into a world religion because the spirit of God moved in the lives of those who had witnessed Jesus Christ, and who now carried His message of salvation into all the world.

At Pentecost, Peter preaches, “Let all the house of Israel know for certain that God has made Him both Lord and Christ – this Jesus whom you crucified” (Acts 2:22-36).

From Paul’s Letters

The Apostle Paul wrote numerous letters to the churches he helped establish in southern Europe and Asia Minor, helping to answer questions or solve disputes over Christian theology.

“Therefore having been justified by faith, we have peace with God through our Lord Jesus Christ” (Romans 5:1).

“For no man can lay a foundation other than the one which is laid, which is Jesus Christ” (1 Corinthians 3:11).

“Just as the sufferings of Christ are ours in abundance, so also our comfort is abundant through Christ” (2 Corinthians 1:5).

 

“It was for freedom that Christ set us free” (Galatians 5:1).

“Husbands, love your wives, just as Christ also loved the church and gave Himself up for her” (Ephesians 5:25).

“Have this attitude in yourselves which was also in Christ Jesus, who, although He existed in the form of God, did not regard equality with God a thing to be grasped, but emptied Himself, taking the form of a bond-servant, and being made in the likeness of men” (Philippians 2:5-7).

“And He is the image of the invisible God, the first-born of all creation” (Colossians 1:15).

From The Book of Hebrews

The Book of Hebrews is about the superiority of Jesus Christ – over prophets, angels, Moses, and priests. He made Himself our High Priest, so that we can all become priests with our own access to the Father.

“God… has spoken to us in His Son, whom He appointed heir of all things” (Hebrews 1:1-2).

From The Book of Revelation

“Jesus Christ, the faithful witness, the first-born of the dead, and the ruler of the kings of the earth” (Revelation 1:5).

From Demons

“Suddenly they cried out, saying, "What have we to do with You, Jesus, You Son of God?

Have You come here to torment us before the time?" (Matthew 8:29).

What’s a Testament?

The Old and New Testaments are covenants God has made with His people. Covenants are binding agreements made with blood. The New Testament represents the new agreement God has with man because of all the requirements and prophecies Jesus fulfilled. (www.crosswalk.com)

 

Repost0

Catégories

Liens