Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : TKM GLOBAL
  • TKM GLOBAL
  • : « Des peuples se rendront à la montagne de la maison de l’Éternel en foule, et diront : venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel. » Cette parole du prophète Esaïe soutient l’esprit et la mission de ce blog : enseigner le peuple de Dieu par la parole de Christ.
  • Contact

Recherche

31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 15:26
COMMENT REVENIR AU SEIGNEUR JÉSUS APRÈS AVOIR ÉTÉ SOUMIS À LA RÉTROGRADATION SPIRITUELLE

 

 

Comme vous le savez, peut-être, mes bien-aimés en Christ, les chrétiens soumis à la rétrogradation spirituelle par l’adversaire sont ceux qui retournent dans l’incrédulité et le péché (Hébreux 3 : 12-13), après avoir passé par une conversion spirituelle en Jésus-Christ. Ceci veut dire retourner à son ancienne vie de péché et d’idolâtrie ou tout simplement retourner en arrière en opérant un glissement spirituel.

Les causes majeures qui poussent les chrétiens à rechuter dans le péché sont les suivantes :

L’incrédulité et l’idolâtrie- Job 21 : 14, Job 21: 17, Hébreux 3 : 12, Hébreux 10:38, 1 Corinthiens 6 : 9-10, Apocalypse 21 :8

L’amertume qui prive les chrétiens de la grâce de Dieu :  Néhémie 8 :10, Hébreux 12 : 15, Psaume 28 : 7-8

Le fait d’oublier Dieu - Deutéronome 6 : 12, 2 Rois 17 : 18, Deutéronome 32 : 18, Psaume 9 : 17

L’amour pour le monde ou le siècle présent- 1 Jean 2 : 15-17, 2 Timothée 4 : 10

L’amour de l’argent - 1 Timothée 6 : 10, Matthieu 13 : 22, Colossiens 3 :5

Les philosophies non chrétiennes- Colossiens 2 : 8, Éphésiens 5 : 6, Hébreux 13 : 9

La veille nature et la convoitise – Éphésiens 4 : 22, 2 Corinthiens 5 : 17

 

Comment peut-on prévenir une rechute spirituelle dans le péché?

  1. En demeurant dans la parole de Christ (Jean 15 : 4-7, Hébreux 12 : 14, 2 Timothée 3 : 16, 1 Jean 2 : 6).
  2.  
  3. En persévérant dans l’enseignement de la parole, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières aussi bien individuelles que collectives (Actes 2 : 42, Actes 1 : 14, Hébreux 10 : 25, 1 Thessaloniciens 5 : 16-18).
  4.  
  5. En traitant durement son corps et en le tenant assujetti (1 Corinthiens 9 : 27, Romains 8 : 13).
  6.  
  7. En s’attachant d’un cœur ferme au Seigneur et en le servant fidèlement selon son plan et sa volonté afin d’accomplir pleinement notre part dans l’œuvre de Dieu (Habacuc 2 : 1, Jean 6 :38, Jean 4 :34).
  8.  
  9. En combattant le bon combat de la foi avec une bonne conscience (1 Timothée 1 :18- 19, 1 Thessaloniciens 5 : 16-18, 1 Corinthiens 2 : 16b).

 

 

Le Seigneur Jésus, dans sa miséricorde, appelle les chrétiens rétrogrades à revenir à lui de tout leur cœur pour jouir à fond de sa grâce aux multiples facettes (Joel 2 : 12-13). Ce retour à Christ requiert une repentance sincère qui s’accompagne, dans certains cas, de jeûnes et de pleurs afin de recevoir une réponse favorable de la part du Seigneur (Daniel 9 :3; Ézéchiel 33 :11; 1Samuel 7 :3).  À cet effet, nous avons plusieurs cas dans le Nouveau Testament dont celui de l’enfant prodigue bénéficiaire de l’amour de notre Père Céleste manifesté en Christ, le réparateur des âmes, envers les fils rétrogrades qui reviennent à lui avec un cœur sincère en confessant leur faute.

 

Revenez vite à notre Père Céleste qui vous attend avec ses serviteurs pour vous revêtir des habits royaux conçus spécialement pour fêter votre retour à la vie. Le Seigneur Jésus enlèvera donc votre iniquité et vous revêtira d’habits de fête avec un turban pur sur votre tête (Zacharie 3 : 1-5, Luc 15 :11-24).

 

Le Seigneur Jésus revient bientôt!

 

 

 

NDB-TONY KUNSENDE

 

 

 

Repost0
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 20:38

Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son oeuvre. Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.

Apocalypse 22: 12-13

LE JOUR DE CHRIST

Portant la parole de vie; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n'avoir pas couru en vain ni travaillé en vain .

Philippiens 2.16

 

    YAHVÉ TSIDKENU : L’ÉTERNEL, NOTRE JUSTICE (JÉRÉMIE 23 :5-6)

 

Jour de Christ.

 

Le jour de la seconde venue de Christ est le jour de la rétribution où l’Église sera enlevée sur des nuées pour rencontrer le Seigneur de gloire dans les airs ( Matthieu 24 : 31; 1Thessaloniciens 4 : 16-17) .  Ce jour est celui du retour glorieux de notre Seigneur Jésus-Christ. Comme le dictionnaire biblique le dit, ce moment est en relation avec la récompense et la glorification des croyants.

 

Chacun recevra, bien entendu, sa propre récompense selon son propre travail défini par la mission et la vision qu'il a reçues de la part du Seigneur Jésus (1 Corinthiens 3.8-9). Nous travaillons avec Dieu , car c’est bien lui qui nous montre non seulement le modèle du travail à exécuter (Exode 25.40), mais aussi nous donne, par son onction, le pouvoir de mener à terme l'œuvre pour laquelle nous avons été appelés au service (Jean 15.5; Esaïe 26.12; Actes 10.38).

 

Étant donné que l’œuvre de chacun sera éprouvée par le feu, nous, chrétiens, sommes appelés à remplir scrupuleusement les tâches que le Seigneur nous a assignées au sein de son Église. « Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu »,  a dit l’apôtre Paul aux Corinthiens.

 

Il est donc impérieux de demander, par la prière, au Seigneur Jésus, si tu ne le sais pas encore, de te révéler la vision spécifique de ton appel au service, au sein du Corps mystique de Christ .  Car nous avons été arrachés des ténèbres en vue de servir le Sauveur du monde. Que chacun soit à son poste de service et d’adoration selon le plan de Dieu, au nom de Jésus. Mettons en ordre, sans tarder, les affaires de Yahvé dans nos vies respectives pendant qu’il est encore temps ( Philippiens : 6)!

 

Heureux celui qui sera pur, irréprochable, glorifié, récompensé et uni pour toujours avec le Seigneur  au jour de Christ.  Viens , Seigneur Jésus.

 

 

 

Quelques versets significatifs

 

 Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront , et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.  Il enverra ses anges avec la trompette retentissante , et ils rassembleront ses élus des quatre vents , depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre (Matthieu 4 : 30-31).

 

 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement.  Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur ( 1 Thessaloniciens 4 : 16-17). 

 

Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son oeuvre. Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin (Apocalypse 22: 12-13).

 

Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire (Jean 15.5).

 

Il vous affermira aussi jusqu'à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ (1 Corinthiens 1.8).

 

Qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus (1 Corinthiens 5.5).

 

Comme vous avez déjà reconnu en partie que nous sommes votre gloire, de même que vous serez aussi la nôtre au jour du Seigneur Jésus (2 Corinthiens 1.14).

 

Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ (Philippiens 1.6).

 

Pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ (Philippiens 1.10).

 

Portant la parole de vie; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n'avoir pas couru en vain ni travaillé en vain (Philippiens 2.16).

 

 TKM-TONY KUNSENDE

                                                                                     

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 03:10

Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur, louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés.

Actes2.46-47

Video from CBN News

Il dit aussi à celui qui l’avait invité: Lorsque tu donnes à dîner ou à souper, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni des voisins riches, de peur qu’ils ne t’invitent à leur tour et qu’on ne te rende la pareille. Mais, lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles. Et tu seras heureux de ce qu’ils ne peuvent pas te rendre la pareille; car elle te sera rendue à la résurrection des justes.

Luc 14:12-14

Ce support vidéo en anglais nous montre comment gagner les âmes selon le modèle de croissance de l’Église primitive en servant le repas autour de la parole de Christ avec joie et simplicité de cœur. Une démonstration franche de la loi de Christ dans l’évangélisation du monde (Actes 2 : 46-47)

 

De fait, la loi de Christ, c’est porter les fardeaux les uns des autres. Autrement dit, avoir de l' amour les uns pour les autres selon les commandements de notre Seigneur Jésus-Christ (Galates 6 : 2, Matthieu 22 : 36-40 , Jean 13 : 34).

 

En vérité, les chrétiens sont appelés avant tout à s’affranchir réellement de la loi du péché et de la mort au moyen d’une vraie conversion en Jésus-Christ afin d’accomplir la loi de vie en Jésus-Christ. La vie en abondance comblée de grâce! D’ailleurs, l’apôtre Paul l’a si bien expliqué aux Galates : «toute la loi est accomplie dans une seule parole : tu aimeras ton prochain comme toi-même» (Galates 5 : 14).

 

Repentez-vous, vous qui donnez à diner pour «empoisonner» les âmes des êtres humains faits à l’image de Dieu, pour lesquelles le Seigneur Jésus est mort à la croix. Ne voyez-vous pas les signes de la fin? Tout devient de plus en plus fluide excepté pour les incrédules qui refusent de comprendre.

 

Le Seigneur Jésus revient bientôt!

 

Tony Kunsende-TKM

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 18:18

Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, -

Galates 3: 13

Image: Medomed

Image: Medomed

Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé,

Romains 5: 20

Le mot Ébal est mentionné pour la première fois dans le Pentateuque, plus précisément dans le livre de Deutéronome. Au fait, ce passage nous montre clairement le rôle qu’avaient joué les montagnes de Garizim et d’Ébal sur l’engagement que devrait prendre le peuple d’Israël sur l’observance de la loi divine. Un engagement d’appartenance, de fidélité et de reconnaissance au Très-Haut qui l’a merveilleusement soutenu afin de prendre possession de la terre de Canaan.

 

Ces deux monts étaient situés «de l’autre côté du Jourdain, derrière le chemin de l’occident, au pays des Cananéens qui habitent dans la plaine vis-à-vis de Guilgal, près des chênes de Moré» (Deutéronome 11 : 29-30). En outre, ces éminences jumelles étaient séparées par la vallée fertile et serrée de Sichem.

 

Conformément aux instructions que l’Éternel avait données à Moïse, les enfants d’Israël avaient l’obligation de prononcer la bénédiction sur la montagne de Garizim et la malédiction sur la montagne d’Ébal. Après la conquête de la ville d’Aï, juste avant de prendre possession de la terre promise, Josué avait mis en exécution ces ordres selon ce qui est écrit dans le livre de la loi. Il a élevé sur le mont Ébal un autel de pierres brutes à Élohim-Yahvé sur lesquelles on ne porta point le fer (Josué 8 : 30-35).

 

Les six tribus de Ruben, Gad, Aser, Zabulon, Dan, et Nephthali se sont tenus comme prévu sur le mont Ébal suivant la volonté de l’Éternel exprimée par Moise afin de déclarer la malédiction contre ceux qui perpétraient de délits graves au sein du peuple conduit par la main toute puissante de Yahvé (Deutéronome 27 : 13-26; Josué 8 : 33).

 

Comme l’apôtre Paul l’a dit dans son épitre aux Romains : «or la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé»; les enfants d’Israël sous la loi de Moise étaient enfermés dans la malédiction, car ils n’arrivaient pas à obéir aux commandements de Dieu (Romains 5 : 20).

 

Les offrandes et les sacrifices pour les péchés qu’on présentait à l’Éternel n’étaient pas à même de désinsérer le péché du monde. Sous l’Ancienne Alliance, il était pratiquement impossible que «le sang de taureaux et des boucs ôte les péchés». L’inefficacité avérée des holocaustes et de sacrifices à effacer le péché du monde commis sous la loi a eu comme effet l’abolition ou la caducité de la «première chosepour établir la seconde»

 

En réponse à l’«inutilité» de l’Ancienne Alliance, la grâce a donc surabondé avec la venue de Jésus-Christ, la Parole faite chair (Matthieu 5 : 17, Romains 5 : 20, Jean 1 : 1-17). Le fils de Dieu a pris conséquemment un corps pour s’offrir en sacrifice une fois pour toutes afin d’arracher l’humanité de la vanité du péché et de la mort.

 

Il est devenu malédiction pour notre salut; il a satisfait parfaitement la volonté du Très-Haut par son sacrifice (Galates 3 : 13). C’est pourquoi quiconque croira en lui en s’éloignant de la souillure vivra pleinement et glorieusement sous la grâce. Puisque le Seigneur Jésus-Christ nous a rachetés de l’iniquité par son sang versé à la croix, nous devrions marcher en toute pureté en produisant des œuvres qui magnifient son saint nom.

 

 Les rebelles qui continuent à commettre, en ce temps de la fin, des crimes abominables fortement désapprouvés sur le mont Ébal (voir la vidéo) doivent se repentir et venir à Christ pour le pardon de leurs péchés. N’entendez pas demain, car ça peut être trop tard. Ne remettez pas au lendemain ce que vous devriez faire maintenant. Ainsi, le Saint-Esprit changera vos cœurs et vous vous conduirez en véritables enfants de Dieu, au nom de Jésus.

 

Le Seigneur Jésus est très proche.

 

 

Tony Kunsende-TKM

 

 

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 21:50
MALADIE À CORONAVIRUS 2019 (COVID-19) : QUESTIONS-RÉPONSES (OMS)

Tes jours seront en sûreté; La sagesse et l'intelligence sont une source de salut; La crainte de l'Eternel, c'est là le trésor de Sion. Esaïe 33 : 6

 

 

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l’homme et chez l’animal. On sait que, chez l’être humain, plusieurs coronavirus peuvent entraîner des infections respiratoires dont les manifestations vont du simple rhume à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le dernier coronavirus qui a été découvert est responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

 

Qu’est-ce que la COVID-19 ?

La COVID-19 est la maladie infectieuse causée par le dernier coronavirus qui a été découvert. Ce nouveau virus et cette maladie étaient inconnus avant l’apparition de la flambée à Wuhan (Chine) en décembre 2019. 

 

Quels sont les symptômes de la COVID-19 ?

Les symptômes les plus courants de la COVID-19 sont la fièvre, la fatigue et une toux sèche. Certains patients présentent des douleurs, une congestion nasale, un écoulement nasal, des maux de gorge ou une diarrhée. Ces symptômes sont généralement bénins et apparaissent de manière progressive. Certaines personnes, bien qu’infectées, ne présentent aucun symptôme et se sentent bien. La plupart (environ 80 %) des personnes guérissent sans avoir besoin de traitement particulier. Environ une personne sur six contractant la maladie présente des symptômes plus graves, notamment une dyspnée. Les personnes âgées et celles qui ont d’autres problèmes de santé (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou diabète) ont plus de risques de présenter des symptômes graves. Toute personne qui a de la fièvre, qui tousse et qui a des difficultés à respirer doit consulter un médecin. 

 

Comment la COVID-19 se propage-t-elle ?

La COVID-19 est transmise par des personnes porteuses du virus. La maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut alors contracter la COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il est également possible de contracter la COVID-19 en inhalant des gouttelettes d’une personne malade qui vient de tousser ou d’éternuer. C’est pourquoi il est important de se tenir à plus d’un mètre d’une personne malade.

L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur la manière dont la COVID-19 se propage et elle continuera à communiquer les résultats actualisés.

 

Le virus responsable de la COVID-19 est-il transmissible par voie aérienne ?

Les études menées à ce jour semblent indiquer que le virus responsable de la COVID-19 est principalement transmissible par contact avec des gouttelettes respiratoires, plutôt que par voie aérienne. Voir la réponse à la question précédente, « Comment le COVID-19 se propage-t-elle ? »

 

Peut-on contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme ?

La maladie se propage principalement par les gouttelettes respiratoires expulsées par les personnes qui toussent. Le risque de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme est très faible. Cependant, beaucoup de personnes atteintes ne présentent que des symptômes discrets. C’est particulièrement vrai aux premiers stades de la maladie. Il est donc possible de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui n’a, par exemple, qu’une toux légère mais qui ne se sent pas malade. L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur le délai de transmission de la COVID-19 et elle continuera à communiquer des résultats actualisés.

 

Puis-je contracter la COVID-19 par contact avec les matières fécales d’une personne malade ?

Le risque de contracter la COVID-19 par contact avec les matières fécales d’une personne infectée paraît faible. Les premières investigations semblent indiquer que le virus peut être présent dans les matières fécales dans certains cas, mais la flambée ne se propage pas principalement par cette voie. L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur la manière dont la COVID-19 se propage et elle continuera à communiquer les nouveaux résultats. Cependant, comme le risque existe, c’est une raison supplémentaire de se laver les mains régulièrement, après être allé aux toilettes et avant de manger. 

 

Comment puis-je me protéger et éviter que la maladie ne se propage ?

Mesures de protection pour tous

Tenez-vous au courant des dernières informations sur la flambée de COVID-19, disponibles sur le site Web de l’OMS et auprès des autorités de santé publique nationales et locales. Des cas de COVID-19 se sont produits dans de nombreux pays et plusieurs pays ont été touchés par des flambées. En Chine et dans certains autres pays, les autorités sont parvenues à ralentir ou à enrayer la progression de la flambée. Toutefois, l’évolution de la situation est imprévisible et vous devez donc vous tenir régulièrement informé.

Vous pouvez réduire le risque d’être infecté ou de propager la COVID-19 en prenant quelques précautions simples :

  • Se laver fréquemment et soigneusement les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.

Pourquoi ? Se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon tue le virus s’il est présent sur vos mains.

  • Maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes qui toussent ou qui éternuent.
  •  

Pourquoi ? Lorsqu’une personne tousse ou éternue, elle projette de petites gouttelettes qui peuvent contenir le virus. Si vous êtes trop près, vous pouvez inhaler ces gouttelettes et donc le virus responsable de la COVID-19 si la personne qui tousse en est porteuse.

  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.
  •  

Pourquoi ? Les mains sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, le virus peut pénétrer dans votre organisme et vous pouvez tomber malade.

  • Veillez à respecter les règles d’hygiène respiratoire et à ce que les personnes autour de vous en fassent autant. En cas de toux ou d’éternuement, il faut se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude, ou avec un mouchoir et jeter le mouchoir immédiatement après.
  •  

Pourquoi ? Les gouttelettes respiratoires propagent des virus. En respectant les règles d’hygiène respiratoire, vous protégez les personnes autour de vous de virus tels que ceux responsables du rhume, de la grippe ou de la COVID-19.

  • Si vous ne vous sentez pas bien, restez chez vous. En cas de fièvre, de toux et de dyspnée, consultez un médecin après l’avoir appelé. Suivez les instructions des autorités sanitaires locales.

Pourquoi ? Ce sont les autorités nationales et locales qui disposent des informations les plus récentes sur la situation dans la région où vous vous trouvez. Si vous l’appelez, votre médecin pourra vous orienter rapidement vers l’établissement de santé le plus adapté. En outre, cela vous protègera et évitera la propagation de virus et d’autres agents infectieux.

  • Informez-vous constamment pour savoir quelles sont les villes ou les zones où la COVID-19 se propage à grande échelle. Si possible, évitez de voyager, en particulier si vous êtes âgé ou diabétique ou si vous avez une maladie cardiaque ou pulmonaire.
  •  

Pourquoi ? Le risque de contracter la COVID-19 est plus élevé dans ces régions.

Mesures de protection pour les personnes qui se trouvent ou qui se sont récemment rendues (au cours des 14 derniers jours) dans des régions où la COVID-19 se propage.

  • Suivez les conseils présentés ci-dessus (Mesures de protection pour tous)
  • Si vous commencez à vous sentir mal et même si vous n’avez que des symptômes bénins (céphalées, légère fièvre (à partir de 37,3 °C) et écoulement nasal modéré), restez chez vous jusqu’à la guérison. Si vous avez absolument besoin que quelqu’un vienne vous ravitailler ou si vous devez sortir, par exemple pour acheter à manger, portez un masque pour éviter d’infecter d’autres personnes.
  •  

Pourquoi ? Éviter d’entrer en contact avec d’autres personnes et de se rendre dans des établissements de santé permettra à ces établissements de fonctionner plus efficacement et vous protègera, ainsi que les autres personnes, de la COVID-19 et d’autres maladies virales.

  • En cas de fièvre, de toux et de dyspnée, consultez un médecin sans tarder, car il peut s’agir d’une infection respiratoire ou d’une autre affection grave. Appelez votre médecin et indiquez-lui si vous avez récemment voyagé ou été en contact avec des voyageurs.
  •  

Pourquoi ? Si vous l’appelez, votre médecin pourra vous orienter rapidement vers l’établissement de santé le plus adapté. En outre, cela vous protègera et évitera la propagation de la COVID-19 et d’autres maladies virales.

 

Quelle est la probabilité de contracter la COVID-19 ?

Le risque dépend de l’endroit où vous habitez et, plus précisément, de la présence ou non d’une flambée.

Pour la plupart des gens, à la plupart des endroits, le risque de contracter la COVID-19 reste faible. Cependant, la propagation d’intensifie désormais dans certaines villes ou régions. Pour les personnes qui y habitent ou s’y rendent, le risque de contracter la COVID-19 est plus élevé. Les gouvernements et les autorités sanitaires prennent des mesures énergiques chaque fois qu’un nouveau cas de COVID-19 est identifié. Respectez les restrictions locales aux voyages, aux déplacements ou aux grands rassemblements. En participant à ces efforts de lutte contre la maladie, vous réduisez le risque de contracter ou de propager la COVID-19.

Les flambées de COVID-19 peuvent être endiguées et la transmission peut être enrayée, comme on l’a vu en Chine et dans certains autres pays. Malheureusement, de nouvelles flambées apparaissent rapidement. Il est important de connaître la situation là où vous êtes ou là où vous comptez aller. L’OMS publie quotidiennement des bulletins de situation. Vous pouvez les consulter à l’adresse https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports/

 

La COVID-19 doit-elle m’inquiéter ?

La COVID-19 est généralement bénigne, en particulier chez l’enfant et le jeune adulte, mais elle peut aussi être grave : 1 malade sur 5 doit être hospitalisé. Il est donc tout à fait normal de s’inquiéter des conséquences de la flambée de COVID-19 pour soi-même et pour ses proches.

Il est possible d’apaiser son inquiétude en prenant des mesures pour se protéger et protéger ses proches et son entourage. Tout d’abord, il faut se laver régulièrement et soigneusement les mains et respecter les règles d’hygiène respiratoire. Deuxièmement, il faut se tenir au courant de la situation et suivre les conseils des autorités sanitaires locales, notamment en ce qui concerne les restrictions aux voyages, aux déplacements et aux rassemblements. Pour plus d’informations sur les moyens de se protéger, consulter : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public. 

 

Qui risque d’être atteint d’une forme grave de la maladie ?

Même si nous devons encore approfondir nos connaissances sur la façon dont la COVID-19 affecte les individus, jusqu’à présent, les personnes âgées et les personnes déjà atteintes d’autres maladies (comme l’hypertension artérielle, les maladies pulmonaires, le cancer, le diabète ou les cardiopathies) semblent être gravement atteintes plus souvent que les autres.

Les antibiotiques sont-ils efficaces pour prévenir ou traiter la COVID-19 ?

Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les infections bactériennes. La COVID-19 étant due à un virus, les antibiotiques sont inefficaces. Ils ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement de la COVID-19. Ils doivent être utilisés seulement sur prescription médicale pour traiter une infection bactérienne.

Existe-t-il des médicaments ou des thérapies permettant de prévenir ou de guérir la COVID-19 ?

Certains remèdes occidentaux, traditionnels ou domestiques peuvent apporter du confort et soulager les symptômes de la COVID-19 mais rien ne prouve que les médicaments actuels permettent de prévenir ou de guérir la maladie. L’OMS ne recommande de prendre aucun médicament, y compris les antibiotiques, en automédication pour prévenir ou guérir la COVID-19. Cependant, plusieurs essais cliniques de médicaments occidentaux ou traditionnels sont en cours. L’OMS fournira des informations actualisées dès que les résultats des essais cliniques seront disponibles.

La COVID-19 est-elle la même maladie que le SRAS?

Non, le virus responsable de la COVID-19 et celui à l’origine du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) sont génétiquement liés mais ils sont différents. Le SRAS est plus mortel mais beaucoup moins infectieux que la COVID-19. Il n’y a pas eu de flambée de SRAS dans le monde depuis 2003.

Dois-je porter un masque pour me protéger ?

Il ne faut porter un masque que si on présente des symptômes de la COVID-19 (en particulier, la toux) ou si on s’occupe de quelqu’un susceptible d’être atteint de la maladie. Les masques jetables sont à usage unique. Si vous portez un masque alors que vous n’êtes pas malade ou que vous ne vous occupez pas de quelqu’un qui est malade, c’est du gaspillage. Comme il y a une pénurie mondiale de masques, l’OMS conseille de les utiliser avec parcimonie.

L’OMS recommande de faire un usage rationnel des masques médicaux afin d’éviter le gaspillage de ressources précieuses et l’utilisation abusive (voir Conseils relatifs au port du masque).

La meilleure façon de se protéger et de protéger les autres contre la COVID-19 est de se laver fréquemment les mains, de se couvrir la bouche avec le pli du coude ou avec un mouchoir et de se tenir à une distance d’au moins un mètre de toute personne qui tousse ou qui éternue. Pour plus d’informations, consulter les mesures de protection de base contre le nouveau coronavirus.

Comment mettre, utiliser, enlever et éliminer un masque ?

1. Ne pas oublier que seuls les agents de santé, les personnes qui s’occupent de malades et les personnes qui présentent des symptômes respiratoires (fièvre et toux) doivent porter un masque.

2. Avant de mettre un masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.

3. Vérifier que le masque n’est ni déchiré ni troué.

4. Orienter le masque dans le bon sens (bande métallique vers le haut).

5. Vérifier que la face colorée du masque est placée vers l’extérieur.

6. Placer le masque sur le visage. Pincer la bande métallique ou le bord dur du masque afin qu’il épouse la forme du nez. 

7. Tirer le bas du masque pour recouvrir la bouche et le menton.

8. Après usage, retirer le masque, enlever les élastiques de derrière les oreilles tout en éloignant le masque du visage et des vêtements afin d’éviter de toucher des parties du masque éventuellement contaminées.

9. Jeter le masque dans une poubelle fermée immédiatement après usage.

10. Après avoir touché ou jeté le masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon si elles sont visiblement souillées.

Combien de temps dure la période d’incubation de la COVID-19 ?

La période d’incubation est le temps qui s’écoule entre l’infection et l’apparition des symptômes de la maladie. On estime actuellement que la période d’incubation de la COIVD-19 dure de 1 à 14 jours et le plus souvent autour de cinq jours. Ces estimations seront actualisées à mesure que de nouvelles données seront disponibles.

Les êtres humains peuvent-ils contracter la COVID-19 à partir d’une source animale ?

Les coronavirus sont une grande famille de virus couramment présents chez les chauves-souris et chez d’autres animaux. Occasionnellement ces virus infectent des êtres humains qui peuvent à leur tour propager l’infection. Ainsi, le SARS-CoV est associé aux civettes tandis que le MERS-CoV est transmis par les dromadaires. Les sources animales éventuelles de la COVID-19 n’ont pas encore été confirmées.

Pour se protéger, par exemple lorsque l’on va sur des marchés d’animaux vivants, il faut éviter le contact direct avec les animaux et les surfaces en contact avec les animaux et toujours respecter les règles relatives à la sécurité sanitaire des aliments. Il faut manipuler la viande crue, le lait et les abats avec précaution pour éviter de contaminer les aliments qui ne sont pas destinés à être cuits et il faut s’abstenir de consommer des produits d’origine animale crus ou mal cuits.

Mon animal domestique peut-il me transmettre la COVID-19 ?

Il y a eu un cas d’infection chez un chien à Hong Kong mais, à ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie, tels que les chiens ou les chats, peuvent transmettre la COVID-19. La maladie se transmet principalement par les gouttelettes expulsées par les personnes infectées quand elles toussent, éternuent ou parlent. Pour vous protéger, lavez-vous les mains fréquemment et soigneusement.

L’OMS continue à suivre les derniers travaux de recherche sur ce sujet et d’autres questions relatives à la COVID-19 et publiera des informations actualisées à mesure que de nouvelles données seront disponibles.

Combien de temps le virus peut-il survivre sur les surfaces ?

On ne sait pas avec certitude combien de temps le virus responsable de la COVID-19 survit sur les surfaces mais il semble qu’il se comporte comme les autres coronavirus. Les études (et les informations préliminaires sur la COVID-19) tendent à montrer que les coronavirus peuvent persister sur les surfaces quelques heures à plusieurs jours. Ceci peut dépendre de différents paramètres (p. ex. le type de surface, la température ou l’humidité ambiante).   

Si vous pensez qu’une surface peut être infectée, nettoyez-la avec un désinfectant ordinaire pour tuer le virus, vous protéger et protéger les autres. Lavez-vous les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. Évitez de vous toucher les yeux, la bouche ou le nez.

Est-il sans danger de recevoir un colis d’une région où la COVID-19 a été signalée ?

Oui. La probabilité qu’une personne infectée contamine des marchandises est faible, tout comme le risque de contracter le virus responsable de la COVID-19 par contact avec un colis qui a été déplacé, qui a voyagé et qui a été exposé à différentes conditions et températures.

Y a-t-il des choses à ne pas faire ?

Les mesures ci-après NE SONT PAS efficaces contre la COVID-19 et peuvent même être dangereuses :

  • Fumer
  • Porter plusieurs masques à la fois
  • Prendre des antibiotiques (Voir « Existe-t-il des médicaments ou des thérapies permettant de prévenir ou de guérir la COVID-19 ? »).

En tout état de cause, en cas de fièvre, de toux et de dyspnée, consulter un médecin sans tarder afin de limiter le risque de voir l’infection s’aggraver et lui indiquer si vous avez effectué des voyages récemment.

Veuillez Cliquer ici pour plus d'informations.

 

 

 

 

 

Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 22:02
ALLOCUTION DU DR MUKWEGE À L’OCCASION DU COLLOQUE SUR LE RAPPORT MAPPING

Ce colloque voulu par le prix Nobel de la paix 2018, le Dr. Denis Mukwege et par l’Institut francophone pour la justice et la démocratie,  s’est tenu le lundi 02 décembre 2019, à Paris.  Le Rapport Mapping des Nations Unies sur les droits humains a recensé les violations les plus graves des droits humains et du droit international humanitaire, 617 crimes, commis en République Démocratique du Congo (RDC) entre mars 1993 et juin 2003. La justice n’a jamais été rendue sur ces crimes commis par les armées étrangères et leurs alliés en RD Congo.

 

Allocution du Dr Mukwege à l’occasion du colloque sur le rapport Mapping

 

Mr Le Président de l’Assemblée Nationale, Mesdames et Messieurs les députés, Mr Le Président de l’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie, Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

Il nous a été demandé d’évoquer avec vous « Quelles sont nos attentes suite au rapport Mapping » ?

 

Elles sont grandes et nombreuses, car nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de paix sans la justice en RDC et dans la région des Grands Lacs.

Je tiens d’abord à remercier l’IFJD et tous ceux qui vont apporter leurs expériences et leur expertise durant ce colloque qui a vocation à faire sortir de son placard le rapport Mapping, et à faire sortir les autorités congolaises et la communauté internationale de leur procrastination face à la nécessité d’exploiter tous les outils de la justice transitionnelle en RDC : l’heure n’est plus à l’attente mais à l’action.

 

A l’occasion des 20 ans du massacre commis à Lemera, en octobre 2016, j’étais retourné sur place, à l’hôpital où j’ai commencé ma profession de gynécologue obstétricien, et où 30 de mes patients et membres de mon personnel soignant ont été sauvagement assassinés le 6 octobre 1996.

Cette date restera pour toujours gravée dans ma mémoire et marque le début des atrocités de masse commises au Congo. Les troupes de l’AFDL, qui se présentaient comme des « libérateurs », dirigés par Laurent Désiré Kabila et soutenues par le Rwanda, commencèrent leur marche à travers le pays pour chasser les Hutus et mettre fin à l’ère du Maréchal Mobutu.

20 ans plus tard, j’étais de retour à l’hôpital de Lemera avec Sonia Rolley, journaliste à RFI. Nous cherchions à nous entretenir avec des survivants, des témoins de ce crime de guerre.

Aucune plaque commémorative n’a été érigée, pas même une simple croix pour signaler la fosse commune où les restes humains de mes patients et de mes collègues reposent – probablement pas en paix – sur le flanc de l’Hôpital.

 

Lors de ce voyage à Lemera, j’étais accompagné de la fille d’une victime. C’était la première fois qu’elle retournait sur les lieux du crime où ses parents ont perdu la vie, et son seul souhait était de déposer des gerbes de fleurs sur leur sépulture. Sa déception fut grande de constater qu’aucune trace n’évoquait la vie de ceux qui lui étaient si chers.

Elle m’avait expliqué son incapacité à faire son travail de deuil et confié que dans ses rêves, elle nourrissait toujours l’espoir que ses parents reviendraient…

 

Mesdames, Messieurs,   

 

L’ambiance est lourde dans ce village, où l’on sent directement le poids d’un traumatisme individuel et collectif, mais aussi de la peur. Personne ne semblait vouloir s’exprimer.

Alors que nous étions en passe de reprendre la route pour rejoindre Bukavu, un infirmier s’approcha, et nous dit : « Docteur, on ne peut pas parler, le Commandant de l’armée en poste ici, était l’un des auteurs du massacre à l’Hôpital il y a 20 ans. Si nous parlons, il nous tuera ».

Vingt ans après, la population est profondément terrorisée, l’absence de la libération de la parole et de la vérité empêche toute possibilité de guérison et de renouer avec le fil d’une vie normale.

 

Mesdames, Messieurs,

 

On ne construira pas la paix avec des bourreaux en uniforme qui intimident chaque jour les victimes.

 

Parmi les mesures les plus urgentes préconisées par le rapport Mapping, il y a donc l’assainissement de nos institutions.

 

Après 20 ans de présence de la plus grande mission de maintien de la paix des Nations Unies, si la stabilité n’est toujours pas assurée, si les initiatives de paix sont bloquées, si les massacres continuent dans l’impunité en Ituri, dans les Kivus, ou au Maniema, c’est tout simplement parce que les criminels sont protégés au plus haut niveau de l’Etat et au plus haut niveau de la hiérarchie de nos forces de sécurité et de défense.

 

Une profonde réforme du secteur de la sécurité s’impose en priorité, et constitue un prérequis indispensable à toute effort visant à apporter la paix et la stabilité.

 

Cette réforme devra inclure non seulement la police, l’armée et les services de renseignements mais aussi le secteur de la justice.

 

Cet assainissement est indispensable pour assurer la protection des personnes, des biens et du territoire, et la sécurité tant physique que juridique.

 

Toutes les tentatives de la communauté internationale visant à réformer le secteur de la sécurité ont échoué car les autorités congolaises ont systématiquement fait preuve de mauvaise foi pour maintenir le chaos organisé et leurs privilèges.

 

L’Union Européenne a déployé deux missions d’appui à la réforme du secteur de la sécurité, EUSEC et EUPOL, respectivement pour réformer l’armée et la police. Malgré des moyens conséquents et du personnel qualifié, le manque de volonté politique des autorités de la RDC a voué ces missions à l’échec, pour la simple raison que leurs partenaires au niveau des forces de sécurité et de défense et de leurs Ministères de tutelle étaient eux-mêmes impliqués dans des crimes internationaux.

 

Après des années de formation, de monitorat, de conseils et de projets couteux, toujours pas de loi de programmation pour l’armée congolaise, toujours pas de formation d’un corps d’armée. Les forces de sécurité et de défense sont donc toujours constituées pour protéger les intérêts du régime et de ses protégés, et non la protection de la population, de la loi ou de l’intégrité du territoire.

 

La dernière tentative de la communauté internationale pour instaurer la paix en RDC et dans la région des Grands Lacs, l’Accord Cadre d’Addis Abeba pour la Paix, la Sécurité et la Coopération de 2013 – qui bénéficiait du soutien de la résolution 2098 du Conseil de la Sécurité autorisant le déploiement d’une Brigade d’Intervention, prévoyait aussi des dispositions visant à appuyer la réforme du secteur de la sécurité et les efforts de lutte contre l’impunité pour mettre fin à la violence et à l’instabilité.

 

Quelle a été la réaction du régime ? Placer des Généraux sous le régime des sanctions des Nations Unies au commandement des FARDC pour empêcher la Brigade d’Intervention de mener à bien son mandat, car la politique de diligence voulue des Nations Unies en matière de droits de l’homme empêche bien évidemment les Casques Bleus de venir en appui à des auteurs présumés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Depuis 20 ans, la justice a été sacrifiée sur l’autel d’une paix qui n’est toujours pas arrivée.

 

Les processus de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion (DDR) et de brassage/mixage ont intégré l’indiscipline dans les forces de sécurité et de défense et jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Le niveau de cruauté a servi de tremplin à des promotions. Les criminels bénéficiant de l’impunité poursuivent donc leurs activités criminelles sans gêne.

 

Ceux qui sont censés protéger la population et le territoire – l’armée, la police, les services de renseignement, constituent en réalité une source de menace pour la population et pour le pays, et sont des acteurs du chaos organisé pour piller les ressources minières et naturelles de l’Est de la RDC.

 

Il faut non seulement désarmer les milices mais aussi leurs esprits.

 

Les recherches en neurosciences ont démontré que les enfants soldats entrainés à violer, à piller et à tuer après un lavage de cerveau gardent une mémoire traumatique qui peut se réveiller à tout moment et qui peut donc les pousser à commettre des actes d’une violence extrême.

 

Ces enfants, qui sont à la fois des bourreaux et des victimes, devaient bénéficier d’une prise en charge psycho-traumatique et sociale pour gérer leur trauma et les rendre moins nuisible pour la société. Leur place n’est pas dans l’armée.

 

Dans le même registre, comment le débat national actuel autour de la question de l’amnistie de membres du M23 peut-il même exister ?

 

D’abord l’amnistie est interdite par le droit international pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité ; ensuite comment est-ce que nos responsables ne sont pas capables de retenir les erreurs du passé et veulent encore intégrer des criminels et des personnes souffrant de troubles psychologiques dans nos forces de sécurité ?

 

Mesdames, Messieurs,

 

Un Ministre du gouvernement central, candidat au gouvernorat de la Province du Sud Kivu, s’est publiquement vanté de pouvoir ramener la paix dans la Province avec le concours de sa milice.

 

Comment est-ce possible que de tels propos puissent être exprimés par un soi-disant responsable politique sans que la justice ne mène une enquête sur l’existence et la capacité de nuisance d’un tel groupe armé non étatique ?

 

C’est dans ce contexte d’impunité que des Ministres et des Généraux, mais aussi des dirigeants de la région, continuent d’être les instigateurs des crimes commis par les nombreux groupes armés qui terrorisent l’Est du pays.

 

Et c’est dans ce contexte qu’il y a encore eu plus de 100 morts en moins d’un mois à Beni, sans que la chaine de commandement ne puisse être clairement établie.

 

Nous le disons haut et fort : c’est assez ! La paix maintenant !

 

Mesdames, Messieurs,

 

Le temps est venu de briser le cycle de l’impunité qui gangrène tous les efforts de consolidation de la paix et de la société.

 

Il faut d’abord et avant tout assainir nos institutions et mettre à l’écart de leur position de pouvoir tous les agents de l’Etat, en particulier ceux de l’armée, des services de sécurité, de la police, des services de renseignements et du corps judiciaire, qui ont été impliqués personnellement dans des violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire, mais aussi impliqués dans des activités de corruption à grande échelle.

 

Cet assainissement est un préalable indispensable à tout effort visant à instaurer la paix et l’état de droit en RDC, et contribuera à prévenir la répétition des violations des droits de l’homme. Ensuite, il faut poursuivre et juger les auteurs des crimes les plus graves. Ils sont listés dans le rapport Mapping mais la liste des auteurs présumés a été expurgée du rapport à la demande et sous la pression de certains Etats impliqués dans ces crimes.

 

Parmi les 617 crimes répertoriés par les Nations Unies qui, rappelons-le, sont imprescriptibles, il y a des femmes qui ont été enterrées vivantes après avoir été empalées, des croyants qui cherchaient refuge dans des Eglises et qui ont été calcinés, et des malades assassinés sur leur lit d’hôpital. Ces crimes ne peuvent être ni oubliés ni rester impunis.

 

En l’absence de volonté et de capacité de la justice congolaise, le rapport préconise l’établissement d’un Tribunal Pénal International Pénal pour le Congo et/ou de Chambres spécialisées mixtes.

 

Nous appelons de nos vœux la mise en œuvre de cette recommandation et pensons que la compétence d’une telle juridiction ne devra pas se limiter aux crimes commis de 1993 à 2003 mais devrait s’étendre jusqu’à aujourd’hui.

 

En parallèle, nous appelons la RDC et les Etats de la région des grands Lacs à poursuivre et à renforcer leur collaboration avec la Cour Pénale Internationale pour les crimes commis après l’entrée en vigueur du Statut de Rome, et nous exhortons les Chefs d’Etats du monde entier à arrêter d’accueillir des criminels sur des tapis rouges, et à mettre en œuvre des lois de compétence universelle, afin de juger ou d’extrader tous les auteurs de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de crimes de génocide.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Face aux exactions massives commises en RDC, il faudra aussi affronter notre passé, dire la vérité et établir les responsabilités des acteurs étatiques et non étatiques pour éviter la répétition de nouveaux conflits et contribuer à la réconciliation, au sein du pays et dans la région.

 

Vu la dimension régionale du conflit et la multitude d’acteurs impliqués, qui constituent autant de défis à l’administration de la justice en l’absence d’une franche coopération des Etats et des acteurs concernés, nous appelons donc à l’instauration d’un mécanisme non judiciaire d’établissement des faits, sous la forme d’une Commission de la Vérité, pour déterminer les responsabilités institutionnelles, politiques, militaires de tous les acteurs impliqués dans la commission des crimes de masse en RDC depuis 25 ans, y compris les multinationales.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Dans un pays où chaque famille a été endeuillée, où chacun a été confronté directement ou indirectement à des actes d’une violence extrême, le nombre de victimes est énorme et pose la question des réparations.

 

Ainsi nous appelons les autorités congolaises à mobiliser des ressources et une réelle volonté politique pour initier des programmes et des projets de réparation, individuels et collectifs, matériels et symboliques, en vue de contribuer à la réhabilitation des communautés affectées par la violence, faciliter leur réinsertion dans la société et promouvoir la réconciliation.

 

Le gouvernement actuel à Kinshasa doit se forger une légitimité et prouver qu’il peut apporter le changement. Nous l‘invitons donc à gagner cette légitimité en accompagnant le pays et les générations futures sur le chemin de la paix ; ce chemin existe et il passera par la justice, la vérité, des réparations et des réformes ambitieuses et profondes.

 

Mesdames, Messieurs,

 

J’espère que pour les commémorations des 25 ans du massacre commis à Lemera, je retrouverai sur place une communauté apaisée, dont la souffrance aura été reconnue, dont les morts bénéficieront d’une sépulture digne, et dont les bourreaux auront enfin été jugés pour leurs crimes.

 

Je gage qu’ensemble, nous y parviendrons !

 

https://fondationpanzirdc.org/allocution-du-dr-mukwege-a-loccasion-du-colloque-sur-le-rapport-mapping/

 

 

 

ALLOCUTION DU DR MUKWEGE À L’OCCASION DU COLLOQUE SUR LE RAPPORT MAPPING
Repost0
7 novembre 2019 4 07 /11 /novembre /2019 19:41

Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

GENÈSE 1: 26

Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d’yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, Saint, Saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient!

APOCALYPSE 4: 8

Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 17:25

Je regardai, et voici, sur le ciel qui était au-dessus de la tête des chérubins, il y avait comme une pierre de saphir; on voyait au-dessus d’eux quelque chose de semblable à une forme de trône.

Ézéchiel 10 : 1

 LE SAPHIR, PIERRE DE PURE FIDÉLITÉ

Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu!

Matthieu 5: 8

 

Le saphir est une pierre précieuse symbole de fidélité. Le saphir et le rubis font partie de la famille des corindons. Cette pierre est une variété de gemmes aux multiples couleurs, excepté le rouge qui est appelé le rubis.

 

Du grec sappheiros, veut dire pierre de couleur bleue, et de l’hébreu sappir, signifie la plus belle chose. Les plus connus et les plus précieux de saphirs sont ceux de couleur bleu. Comme le diamant,  toutes choses étant égales par ailleurs, la pureté d’une pierre précieuse détermine aussi sa valeur. De ce fait, les plus transparents sont les plus précieux.

 

 À  l'instar de saphirs , les chrétiens qui vont refuser la corruption de ce monde, le système de Babylone, et du péché en s’attachant fermement à la parole de Dieu , seront certainement des vases d’honneur dans la maison de notre Père céleste comme Joseph, Daniel et bon nombre de nos pères dans la foi. Ces serviteurs exemplaires, conduits par l’Esprit de Dieu, ont vécu manifestement dans la pure observance de la parole de Dieu, au sein d’une société qui avait une fâcheuse propension à la corruption. Un exemple à suivre pour la génération actuelle vivant sous la grâce de Dieu exprimée de manière glorieuse par le sang de notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Ce temps favorable de la grâce est exceptionnel, car le Très-Haut , dans sa miséricorde et selon sa souveraineté, fait surabonder la grâce là où le péché a abondé. Le salut en Christ est véritablement à la portée de ceux qui sont prêts  à « confesser de leur bouche le Seigneur Jésus, et de croire dans leur cœur que Dieu l’a ressuscité des morts »  (Romains 9 : 9-10, Jean 1 :12, Jean 3 : 16-17).

 

Ne prenons donc pas la grâce de Dieu en vain. Dans la force de sa fidélité, le Seigneur nous exhorte « à offrir nos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de notre part un culte raisonnable » ( Romains 12 : 1, Hébreux 4 : 1).  L’ Église digne, sainte et irrépréhensible, constituée de vrais adorateurs, que le Seigneur va enlever lors de son retour glorieux, ne doit avoir rien de Satan en elle ( Jean 14: 30a), de manière aussi bien individuelle que collective.

 

Le Seigneur Jésus-Christ revient bientôt.

 

 

 

TONY KUNSENDE-TKM

 

 

Repost0
25 septembre 2019 3 25 /09 /septembre /2019 05:46

« Il séduira par des flatteries les traîtres de l’alliance. Mais ceux du peuple qui connaîtront leur Dieu agiront avec fermeté ».

DANIEL 11: 32

Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité.

1 TIMOTHÉE 4: 1-3

 

Selon le Nouveau Dictionnaire Biblique , la séduction est « le fruit de la tentation. Elle a toujours pour auteur quelqu’un qui nous veut du mal. Elle cherche à nous détourner  de l’obéissance due à Dieu »(2002).

 

 La séduction est donc un acte de corruption posé par l’adversaire dans le but de supprimer l’immortalité et la vérité que nous avons reçues en Christ (Jean 11 : 26-27, Romains 8 : 13). Elle est une de clés de ténèbres qui ouvre grandement les portes de la perdition à ses ennemis vaincus.  Le maitre de la séduction , le diable,  séduit et subjugue , sans effort , les âmes non couvertes par le sang de Jésus.  

 

 Sans tenir compte du contexte politico-historique dans lequel surgit la citation de Daniel mentionnée dans cet article, il est tout de même important de signaler que Satan et ses auxiliaires séduisent facilement, par les flatteries, les chrétiens mal affermis quand ils se déguisent en anges de lumières ( 2 Corinthiens 11 : 14-15).  

 

Ces temps de la fin sont marqués par l’apostasie du plus grand nombre en raison de déploiement massif des missiles de séduction fabriqués par Satan, l’accusateur des croyants ( 1 Tim 4 : 1).

 

Les agents prédateurs de Lucifer se transforment en des faux docteurs en vue de piéger les âmes mal affermies. Ils caressent du plat de la main au moyen de fausses doctrines et de faux raisonnement les chrétiens immatures, déroutés par le miroitement du système de ce monde. Les Saintes Écritures exhortent , à cet effet, le peuple de l’alliance en Christ, à approfondir sa connaissance de Dieu afin d’agir avec fermeté. Ceux qui connaissent véritablement le seul Père Céleste, et son Fils, le Seigneur Jésus-Christ, ne seront jamais capturés par les pièges du Séducteur quelle que soit l’ampleur de leurs subtilités.

 

Dans la pensée biblique , Jésus-Christ, le Ressuscité, est la vérité personnifiée (Jean 14 : 6 ; Apocalypse 1: 4-6).  Il est , par conséquent, hors de question de parler de la vérité  relative que prône certains courants philosophiques de ce monde. N’en déplaise aux postmodernistes, cette certitude constitue le socle de la saine doctrine chrétienne.

 

« Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé,  Jésus-Christ. »   JEAN 17: 3

 

L’Amen revient bientôt pour mettre fin définitivement à l’esprit de séduction (Apocalypse 11 : 18).

 

TONY KUNSENDE

Repost0
14 septembre 2019 6 14 /09 /septembre /2019 05:44

Dieu dit à Moïse: JE SUIS CELUI QUI SUIS. Et Il ajouta: C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle “Je suis” m’a envoyé vers vous.

EXODE 3 : 14

YAHVÉ : JE SUIS CELUI QUI SUIS

Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, JE SUIS.

JEAN 8: 58

 

Yahvé.  C’est le nom le plus employé dans l’A.T. (6499 fois) ; il est rendu en français par l’Éternel. Cette appellation approximativement conforme, traduit non pas un substantif mais une épithète qui, en hébreux se présente sous la forme d’un tétragramme Y H V H. C’est le nom ineffable, que les juifs n’avaient pas le droit de prononcer et auquel ils devaient substituer dans la lecture le Seigneur(mon Seigneur, Adonaï). C’est pour cette lecture que les massorètes eurent l’idée d’accompagner les 4 consonnes Y H V H des voyelles appartenant au substantif Seigneur(Adonaï).

 

Le lecteur juif ne s’y trompait pas ; il savait qu’il avait sous les yeux deux mots en un, l’un tout en voyelles et l’autre tout en consonnes. Mais plus tard les traducteurs chrétiens transcrivirent fautivement par « Jéhovah », exprimant ainsi un seul mot là où il y en avait deux. C’est par YaH VeH, ou Yahvé, qu’il convient de rendre le tétragramme sacré. La traduction par « L’Éternel » exprime l’idée étymologique donnée par la Bible elle-même. D’après Ex 3.14, YHVH signifie en effet « Celui qui est ». Nous trouvons dans ce nom à la fois l’affirmation métaphysique de l’Être éternellement présent (Je suis), qui est à l’origine et au terme de toute existence, Dieu unique, incomparable, sans limitation, et l’affirmation morale et spirituelle de la fidélité divine.

 

Yahvé c’est le Dieu qui veut s’unir à l’homme et lui donner sa vie (la racine de Yahvé est à la fois être et vivre). Immortalité, vérité et fidélité sont réunies en Yahvé. Si Élohim met l’accent sur un attribut de Dieu, la puissance, Yahvé révèle davantage son essence même. L’usage de ce dernier nom montre qu’il se rapporte au Dieu de la rédemption et de l’alliance qui se révèle à l’homme pour le sauver.

 

NDB

Repost0

Catégories

Liens